Les Romarins en Aromathérapie

Oui LES romarins, car bien qu’elles proviennent toutes du même Rosmarinus officinalis, une fois encore la précision du fameux « chémotype » est ici crucial et il est primordial de savoir auquel on a à faire !
Si vous lisez par exemple dans une recette – comme ça arrive malheureusement encore bien trop souvent dans la presse et sur internet : « ajoutez 3 gouttes de Romarin » sans autre précision …  passez votre chemin !!
Et comme à la Cabane aux Arômes je n’arrête pas de voir des gens qui s’emmêlent les pinceaux rameaux de romarin je vous ai fait un bref mémo qui, je l’espère, vous sera utile.

Rosmarinus officinalis

Voici les trois chémotypes en question :

  • Romarin camphré (Rosmarinus officinalis camphoriferum)
  • Romarin cinéole (Rosmarinus officinalis cineoliferum)
  • Romarin verbénone (Rosmarinus officinalis verbenone)

Si je vous ai déjà présenté l’HE de Romarin camphré il y a quelque temps – souvenez-vous, le Romarin des sportifs – je vais donc vous parler ici brièvement des deux autres.


  • Le Romarin cinéole – le Romarin des infections respiratoires

De par sa teneur majoritaire en 1,8-cinéole il est le plus anti-infectueux des trois Romarins et sa fonction première sera donc la sphère respiratoire et les troubles ORL.
Bien que ce soit le moins « toxique » des trois car il ne contient que peu de monoterpènes comparé aux deux autres chémotypes, il n’en est pas dénué et donc à utiliser avec précautions quand même.  On l’évitera pour les femmes enceintes, allaitantes et les enfants de moins de 7 ans ainsi que les personnes épileptiques et allergiques.

Romarin officinal(Rosmarinus officinalis)2


  • Le Romarin verbénone – le Romarin protecteur de votre foie

Sa fonction première est d’être un grand draineur et protecteur hépatobiliaire indiqué par exemple en cas de cure de détox, d’hépatites ou même de cirrhose.
Lors des changements de saison, une petite cure d’une dizaine de jours avec une goutte de Romarin verbénone le matin (dans une boulette de mie de pain, du miel, …)  sera des plus bénéfiques pour votre foie et organisme.

Ensuite – comme le Romarin cinéole – il a également une action expectorante et mucolytique (infections respiratoires et ORL), mais du fait de sa composition biochimique pas anodine contenant quand même des monoterpènes (verbénone) – neurotoxiques – en quantité non négligeable je conseille de le garder vraiment pour les traitements hépatiques – ou cette huile essentielle excelle – et sur des durées relativement courtes, de préférence sur avis médical.

Attention ► Cette huile essentielle est contre-indiquée en cas de mastose et de cancers hormonaux du fait de son action de régulateur endocrinien comme je vous avais expliqué dans l’article Huiles essentielles et soucis de santé hormono-dépendants. Ainsi que pour les femmes enceintes, allaitantes et les enfants de moins de 7 ans, les personnes épileptiques et allergiques.


Voici donc un petit mémo tout simple pour que vous puissiez vous en souvenir et ne plus mélanger les rameaux de romarin 

Les Romarins en aromathérapie


Article publié dans le cadre du carnaval «Des Blogs et des Plantes» dont le thème choisi par Herbio’tiful ce mois-ci est justement le Romarin !

00

Publicités

Diffusion d’huiles essentielles – ne pas faire n’importe quoi !

Comme promis dans l’article sur la diffusion hivernale, revenons un peu sur le sujet de la diffusion d’huiles essentielles et les précautions à prendre.

Que ce soit pour assainir la maison lors des affections hivernales, pour favoriser l’endormissement ou créer une atmosphère zen ou au contraire pour tonifier et bien commencer la journée ou simplement pour parfumer une pièce de la maison, voire masquer des odeurs de tabac par exemple, la diffusion d’huiles essentielles est un pratique assez courante.
Particulièrement d’actualité avec l’arrivée des jours froids entraînant son lot de rhumes, grippes, etc. … il y a toutefois quelques précautions à prendre car ce ne sont pas « juste des senteurs » que l’on diffuse, mais bien des principes actifs qui peuvent provoquer des réactions de l’organisme !


► Précautions en ce qui concerne les huiles essentielles utilisées :

Il est bien sûr tout à fait possible de créer vos propres synergies à diffuser – selon vos besoins et vos affinités – mais surtout ne mélangez pas tout et n’importe quoi !
Tout d’abord évitez de faire des mélanges avec plus de 7 ou 8 huiles essentielles – c’est totalement inutile et peut devenir contre-productif car trop d’informations moléculaires seront difficilement assimilable par l’organisme !
En général deux ou trois huiles essentielles feront déjà très bien l’affaire.

Et attention toutes les huiles essentielles ne se diffusent pas !

Diffusion1

Diffusion2

Attention aussi à ne pas surdoser celles-ci :

Menthe poivrée (Mentha piperata)  : ne jamais diffuser seule et ne pas dépasser 5% maximum dans un mélange
Menthe des champs (Mentha arvensis) : ne jamais diffuser seule et ne pas dépasser 5% maximum dans un mélange
Eucalyptus globuleux (Eucalyptus globulus) : ne jamais diffuser seul en ne pas dépasser 10% maximum dans un mélange

En dehors de la diffusion hivernale traitée dans l’article précédent, voici quelques suggestions pour une atmosphère zen et détendue

Antistress


Précautions face à l’environnement dans lequel on va diffuser les huiles essentielles :

  • Évitez de diffuser en présence de bébés (moins de 3 ans), de femmes enceintes ou allaitantes mais aussi de personnes allergiques ou asthmatiques sans avis médical. Et surtout on parle bien de « diffusion atmosphérique » donc ne surtout pas pulvériser les HE directement sur les personnes !
  • Si vous avez des animaux de compagnie veillez à ce qu’il puissent quitter la pièce librement si l’odeur les incommode (en particulier les chats !)
  • Ne diffuser que sur un laps de temps court : un maximum d’un quart d’heure (une ou deux fois par jour) est amplement suffisant !
  • N’utilisez que des huiles essentielles adaptées à la diffusion atmosphérique, pures et certifiées bio.

Alors faites bien attention à ce que vous diffusez et profitez bien des bienfaits de cette façon d’utilisation des huiles essentielles.
Et vous vous diffusez quoi chez vous ? N’hésitez pas à nous mettre vos synergies préférées en commentaires 😉

Huiles essentielles à diffuser l’hiver

Hiver2

Idéales pour assainir l’air qu’on respire et faire fuir les maux de l’hiver, les huiles essentielles sont très efficaces en diffusion. Utilisez-les chez vous évidemment, mais aussi – pourquoi pas – au bureau, si cela n’incommode personne !

Pas la peine de les diffuser en continu toute la journée !
Un quart d’heure à une demi-heure une ou deux fois par jour sera largement suffisant pour soutenir l’immunité et affronter l’hiver plus sereinement.
Veillez aussi à ne diffuser que des huiles essentielles pures et de préférence issues de l’agriculture biologique pour éviter de diffuser en même temps des pesticides ….. !
On en évitera également certaines – celles contenant majoritairement des phénols et cétones – ou alors uniquement en quantité minime dans une synergie. Un exemple classique est la menthe poivrée par exemple – que beaucoup de gens apprécient – mais qui ne sera jamais diffusée seule mais toujours à très petite dose en synergie avec d’autres huiles essentielles ! Mais je reviendrai sur ce point dans un article plus détaillé (que voici).

diffusion-hiver-2

Huiles essentielles que nous vous proposons à la Cabane aux Arômes 

► Attention de ne pas diffuser en présence de personnes asthmatiques et de bébés (sauf avis médical) et si vous avez des animaux de compagnie veillez à ce qu’ils puissent quitter la pièce librement s’ils en ressentent le besoin.

Et pour avoir plus de renseignements sur les différentes (et meilleures) façons de diffuser les huiles essentielles voici un article très complet sur l’excellent Blog de [Books of] Dante : Comment diffuser les huiles essentielles.