Un peu de légèreté pour des jambes lourdes

La chaleur estivale arrive (du moins on l’espère ! …) et avec elle les problèmes récurrents de circulation de nos gambettes.

Je partage ici avec vous la formule que j’utilise et qui m’aide bien à soulager ce syndrome de « jambes lourdes » …. mais avant toute chose:
► Ces sensations désagréables, dues à un mauvais retour veineux, peuvent être apaisées en suivant quelques conseils tout simples : doucher les jambes à l’eau froide de bas en haut, choisir des chaussures confortables à talons ni trop hauts ni trop plats, nager, faire du vélo, dormir les jambes surélevées, ….
Et surtout n’oubliez pas : si les problèmes persistent consultez votre médecin !

Voici donc la formule d’huile de massage qui fonctionne bien chez moi

jambes-legeres (2)

Pourquoi le choix de l’huile de Calophylle comme support ?
Cette huile végétale à de nombreuses vertus et notamment celle d’être circulatoire et fluidifiante. Si on aime pas trop sa texture ou son odeur on peut la couper à 50% avec de l’Amande douce ou du Macadamia par exemple, ou toute autre huile végétale qu’on a sous la main !

En complément :

Menthe poivrée, Mentha piperata, Peppermint

 

En complément de ces massages on peut également utiliser l’hydrolat de Menthe poivrée à effet rafraîchissant. A garder au frigo pour plus d’efficacité et à pschitter directement tel quel sur vos jambes !
Effet frais garanti !!

 

 

 

Saussac_Bourgeons_Sorbier

La Gemmothérapie de son côté donne aussi de très bons résultats.
A titre personnel j’utilise volontiers l’association de bourgeons de Sorbier (Sorbus domestica) et de Châtaignier (Castanea sativa) qui fonctionne à merveille sur mes gambettes (à raison de 7 gouttes trois fois par jour dans un peu d’eau) lors du plus chaud de l’été !

 


Attention :
Contre-indiqué en cas de mastoses et dans les pathologies cancéreuses hormono-dépendants sans avis médical en raison de l’HE de Cyprès (voici une liste des huiles essentielles contre-indiquées)
Ne pas utiliser chez la femme enceinte ou allaitante, ni chez les enfants de moins de 10 ans
Ne pas utiliser chez les personnes avec des antécédents de convulsions et/ou allergiques aux huiles essentielles
Ne pas utiliser chez les personnes traités par anticoagulants sans avis médical
Ne pas utiliser en cas d’hémophilie !
>> Consultez un médecin pour toute indication thérapeutique ou tout traitement par voie orale <<
Publicités

A la rencontre de nos producteurs (1)

Bourgeon de Figuier

La nature bourgeonne déjà bien dans le jardin de la Cabane aux Arômes et en Camargue en général en cette mi-mars et c’était l’occasion pour notre producteur de macérats de bourgeons, Serge Leclercq de la Ferme de Saussac, de venir faire un brin de cueillette de bourgeons de figues sur place pour nous faire une démonstration de son savoir faire.

Nous voilà donc partis à la recherche des précieux bourgeons sauvages cueillis délicatement à la main. Ces bourgeons et jeunes pousses renferment dans leurs tissus embryonnaires toute la puissance de la plante. Comme l’explique Serge : « En plus des propriétés médicinales attribuées à une plante, on observe un effet « dynamisant », qui correspond bien au ressenti que l’on peut avoir en regardant « exploser » les bourgeons au printemps. »

Figue1

Afin de préserver au maximum leur richesse, il est important de les mettre à macérer au plus vite après la cueillette.
Plus on attendra pour les transformer plus il perdront de leur vigueur et avec elle les bienfaits qu’ils transmettront à la macération ! Du reste à ce sujet il s’insurge : « il est inconcevable , comme le font certaines « grosses boites », de les transporter des heures ou des jours en camion frigorifique ou pire de les congeler !!!!!! »
Ici aussitôt cueillis aussitôt mis à macérer !

Figue2

La quantité de bourgeons utilisée est habituellement de 1/20ème (5%), c’est à dire que l’on met l’équivalent de 50 grammes de plante sèche par kilo de mélange. Le mélange est composé d’alcool à 80°, de sirop d’agave et d’eau de source à part égale (en poids).
Et il précise qu’il ne faut pas confondre : « Dans le commerce vous trouverez sous le nom macérat glycériné des préparations faites uniquement avec de l’alcool et de la glycérine. L’eau n’est ajoutée qu’après macération pour ajuster le degré d’alcool.. Cela ne correspond en rien à la Gemmothérapie où il faut obligatoirement une macération avec de l’eau, qui participe à la transmission des molécules et des informations énergétiques. »

Figue3

Petite précision sur son mélange : « Habituellement, les macérats de bourgeons sont préparés dans un mélange d’alcool, de glycérine et d’eau à part égale (en poids). La glycérine a des inconvénients, elle est bactériostatique et déséquilibrante de la flore intestinale. De plus elle est mal tolérée par de nombreuses personnes et il est difficile de s’en procurer de qualité biologique. (la glycérine est le résidu de la fabrication du savon, par réaction d’une huile et d’une base, généralement la soude)
Certains praticiens ont observé que le sirop d’agave bio (de même que le miel ) était aussi un bon solvant pour les bourgeons, Il ne présente pas d’inconvénient pour les diabétiques. Il contient 90% de fructose et son index glycémique est très faible: 27″

Et voilà …. yapluka laisser macérer

Figue4

Merci pour cette après-midi passionnante et très instructive Serge !
C’est ça le plaisir de travailler avec des petits artisans-producteurs :
de belles rencontres.
Ce qui me conforte une fois de plus dans ma démarche de promouvoir ces artisans à la Cabane aux Arômes !

De belles nouveautés à découvrir à la Cabane aux Arômes

La Cabane aux Arômes est ravie de pouvoir enfin vous proposer les magnifiques macérats de bourgeons et alcoolatures de la Ferme de Saussac en Drôme provençale.

Saussac_Bourgeons_Cassis


Macérats de Bourgeons

En ce qui concerne la gamme Gemmothérapie nous avons choisi pour le moment 5 macérats :

Cassis (Ribes nigrum)
Pin  (Pinus sylvestris)
Églantier (Rosa canina)
Figuier (Ficus carica)
Tilleul  (Tilia)

Ce qu’en dit le producteur :

« Les macérats sont préparés sans délai après la récolte pour qu’ils gardent tout leur potentiel de vie !
Le mélange est composé d’alcool à 80°, de sirop d’agave et d’eau de source à part égale (en poids) »

« Habituellement, les macérats de bourgeons sont préparés dans un mélange d’alcool, de glycérine et d’eau à part égale (en poids). La glycérine a des inconvénients, elle est bactériostatique et déséquilibrante de la flore intestinale, et est mal tolérée par de nombreuses personnes. De plus il est difficile de s’en procurer de qualité biologique. (la glycérine est le résidu de la fabrication du savon, par réaction d’une huile et d’une base, généralement la soude).
Certains praticiens ont observé que le sirop d’agave bio (de même que le miel ) était aussi un bon solvant pour les bourgeons et de plus il ne présente pas d’inconvénient pour les diabétiques.

Il contient 90% de fructose et son index glycémique est très faible : 27″

Saussac_Bourgeons_Pin30

Et surtout n’hésitez pas à nous contacter si vous ne trouvez pas vos bourgeons favoris ou si vous désirez des autres flaconnages


Alcoolatures / Teintures mères

Pour ce qui est des Alcoolatures / Teintures mères nous en avons choisi 6 pour le moment :

L’incontournable Echinacée (Echinacea purpurea)
Souci (Calendula officinalis)
Plantain (Plantago)
Arnica de Provence  (Inula montana)
Gattilier  (Vitex agnus-castus)
Reine des Prés (Filipendula ulmaria)

Ce qu’en dit le producteur :

« Les teintures-mères sont réalisées avec des plantes sèches ou fraîches selon le cas, macérées dans de l’alcool de blé bio à 80°, puis ramené à environ 40°/volume. La macération se fait au 1/10ème (poids de la plante sèche par rapport au poids du mélange alcool/eau) pendant un mois à l’obscurité dans des bonbonnes en verre, puis filtrée et stockée en bouteilles en verre brun. »

Saussac_TM_Calendula

Et là aussi surtout n’hésitez pas à nous contacter si vous ne trouvez pas vos alcoolatures favorites ou si vous désirez des autres flaconnages