A la rencontre de nos producteurs (1)

Bourgeon de Figuier

La nature bourgeonne déjà bien dans le jardin de la Cabane aux Arômes et en Camargue en général en cette mi-mars et c’était l’occasion pour notre producteur de macérats de bourgeons, Serge Leclercq de la Ferme de Saussac, de venir faire un brin de cueillette de bourgeons de figues sur place pour nous faire une démonstration de son savoir faire.

Nous voilà donc partis à la recherche des précieux bourgeons sauvages cueillis délicatement à la main. Ces bourgeons et jeunes pousses renferment dans leurs tissus embryonnaires toute la puissance de la plante. Comme l’explique Serge : « En plus des propriétés médicinales attribuées à une plante, on observe un effet « dynamisant », qui correspond bien au ressenti que l’on peut avoir en regardant « exploser » les bourgeons au printemps. »

Figue1

Afin de préserver au maximum leur richesse, il est important de les mettre à macérer au plus vite après la cueillette.
Plus on attendra pour les transformer plus il perdront de leur vigueur et avec elle les bienfaits qu’ils transmettront à la macération ! Du reste à ce sujet il s’insurge : « il est inconcevable , comme le font certaines « grosses boites », de les transporter des heures ou des jours en camion frigorifique ou pire de les congeler !!!!!! »
Ici aussitôt cueillis aussitôt mis à macérer !

Figue2

La quantité de bourgeons utilisée est habituellement de 1/20ème (5%), c’est à dire que l’on met l’équivalent de 50 grammes de plante sèche par kilo de mélange. Le mélange est composé d’alcool à 80°, de sirop d’agave et d’eau de source à part égale (en poids).
Et il précise qu’il ne faut pas confondre : « Dans le commerce vous trouverez sous le nom macérat glycériné des préparations faites uniquement avec de l’alcool et de la glycérine. L’eau n’est ajoutée qu’après macération pour ajuster le degré d’alcool.. Cela ne correspond en rien à la Gemmothérapie où il faut obligatoirement une macération avec de l’eau, qui participe à la transmission des molécules et des informations énergétiques. »

Figue3

Petite précision sur son mélange : « Habituellement, les macérats de bourgeons sont préparés dans un mélange d’alcool, de glycérine et d’eau à part égale (en poids). La glycérine a des inconvénients, elle est bactériostatique et déséquilibrante de la flore intestinale. De plus elle est mal tolérée par de nombreuses personnes et il est difficile de s’en procurer de qualité biologique. (la glycérine est le résidu de la fabrication du savon, par réaction d’une huile et d’une base, généralement la soude)
Certains praticiens ont observé que le sirop d’agave bio (de même que le miel ) était aussi un bon solvant pour les bourgeons, Il ne présente pas d’inconvénient pour les diabétiques. Il contient 90% de fructose et son index glycémique est très faible: 27″

Et voilà …. yapluka laisser macérer

Figue4

Merci pour cette après-midi passionnante et très instructive Serge !
C’est ça le plaisir de travailler avec des petits artisans-producteurs :
de belles rencontres.
Ce qui me conforte une fois de plus dans ma démarche de promouvoir ces artisans à la Cabane aux Arômes !

Publicités

8 réflexions sur “A la rencontre de nos producteurs (1)

  1. Pingback: A la rencontre de Serge et de sa Ferme de Saussac | La Cabane aux Arômes de Pescalune

    • Merci Cécile 😉
      Ah oui un alambic à la Cabane que j’aimerai ça !!! Va savoir … un jour peut-être 😉
      En attendant je remanie un jardin des médicinales ….. c’est déjà un début !

  2. Pingback: A la rencontre de nos producteurs (1) | La Caba...

Envie de laisser un commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s